Début des travaux


Amateurs mais motivés


Nous sommes de purs amateurs, de ceux qui n'y connaissent rien mais qui aiment apprendre, même si le parcours est long et difficile.


Notre motivation comme seul réconfort, nous nous attaquons aux travaux. Le seul vrai problème est que le budget pour rendre Canquin présentable voir sexy tient plus du découvert bancaire que celui nécessaire pour la restauration d'un voilier de course vintage! Qu'importe nous nous lançons Stéphanie et moi-même dans cette belle aventure que certains pourraient qualifier de belle galère...


Objectifs


Et oui il faut bien se fixer des objectifs et même paraît-il des plannings et des dates butoirs. Notre objectif était de rendre Canquin beau selon nos critères. Notre bateau arborait le jour de l'achat une robe blanche passée avec des liserets bleus, quant à l'intérieur... je préfère ne pas en parler pour le moment tant ce fût dur de tout refaire... ! Nous avons donc décidé de garder la coque blanche en priant le dieu polish qu'il puisse faire quelque chose pour nous... les liserets et les oeuvres vives quant à eux prendraient une teinte plus actuelle... du GRIS ! C'est tellement gai le gris... !

Les travaux extérieurs ont débuté au mois de juin 2015 par les oeuvres vives. Grattage, ponçage, mastiquage, une bonne couche de primaire et une première couche d'antifooling. Cela a été relativement rapide et facile de traiter cette partie du bateau, ce qui nous a gonflé à bloc pour la suite, erreur grave car tout n'a pas été rose... Le mois de juillet se termine avec un bateau aux oeuvres vives toutes grises, ce qui lui procure un style plus moderne. Le mois d'août a été consacré à la peinture du pont, et c'est là que les problèmes commencent... Ils nous aura fallu plus de temps pour nettoyer nos bêtises que pour peindre le pont. Une fois le pont bien blanc nous nous attaquons au polish sur la coque et au changement de couleur du tableau arrière que nous désirons mettre en valeur.


Mosquito story

Tous ces travaux ont été effectués à Port Napoléon en été... C'est une donnée très importante, car travailler sur son bateau à Port Napoléon en été est une épreuve en soi... Pour ceux qui ne connaissent pas ce charmant petit coin de paradis voilà donc une description rapide d'une de nos journées de travail : 9h arrivée au bateau, nous commençons notre journée par 45 minutes de chasse aux araignées sur le bateau, la plus grosse devait peser au moins 3 kilos! Si si c'est possible! S'en suit une journée de travail en harmonie avec les guêpes. C'est à la tombée du jour que se joue la survie de l'équipe... Quand le dernier rayon de soleil passe derrière l'horizon, des nuées de moustiques assoiffés de sang vous attaquent et vous arrachent les membres... Si si c'est possible!


Fin septembre, toujours en vie et motivés, nous quittons la zone de chantier extérieure pour nous attaquer à l'intérieur. Un mois de travaux a été prévu puis révision du moteur et quelques broutilles pour mettre le bateau à l'eau mi-décembre. Et bien sûr comme tous travaux, ils commencent certes à l'heure pour finir bel et bien 2 mois plus tard que prévu... Nous ne mettrons le bateau à l'eau que le 18 février! à suivre...