Convoyage pour Bandol

September 29, 2016

 

 

Convoyage pour Bandol...

Vent       :  pas beaucoup

Mer        :  vachement belle 

visibilité :  je vois la corse !

Enfin ça c'est la théorie... Voyons plutôt la pratique...J'ai quitté Port Saint Louis du Rhône à 14h00 et pris la direction de La Ciotat pour une courte escale avant de continuer vers Bandol. Cette navigation s'effectuera en solitaire avec une première partie de navigation de jour et une arrivée de nuit à La Ciotat. Etant donné que le vent est quasiment nul, j'ai prévu de la lecture et pas mal de bouffe et un peu de gasoil... Erreur il fallait un bon ciré et des bottes de marin ! Et oui effectivement septembre c'est aussi la période des Orages. J'arrive doucement au niveau de la rade de Marseille et je découvre un ciel magnifique mais quelque peu inquiétant... Mon téléphone sonne, c'est Stéphanie qui m'alerte sur le fait que sur La Ciotat il pleut et que le vent monte fort... Je lui réponds que ce n'est pas grave, que c'est juste un "petit" grain local et qu'il restera sur les terres. Optimiste mais prudent je contacte tout de même le sémaphore du Bec de L'Aigle afin de faire un petit point sur la météo sur ma route; réponse : "tout est OK vous pouvez passez".

 

Quelques minutes plus tard, le vent monte fort, très fort même... 35 noeuds avec des rafales à plus de 40 noeuds. Comme le secteur est Nord Est, en gros un vent de terre, qui vient de derrière Marseille, les vagues n'ont pas trop le temps de se former... Et pour que le tableau soit parfait c'est bien sûr à la tombée de la nuit que cela arrive... Par chance et à cause du manque de vent, j'étais au moteur et sous grand voile haute quand cet énorme grain m'est tombé dessus. Je suis passé directement de grand voile haute à 2 ris. Je pensais que ce gros grain allait durer quelques minutes et que tout allait redevenir calme, et bien non ! cela a duré plus de deux heures, et au programme : de la pluie, du vent, des vaguounettes, des embruns, brefs, en quelques minutes me voilà trempé de la tête aux pieds.

 

 

 

La suite se déroule relativement bien et surtout vite car une fois le vent repassé au dessous des 30 noeuds, le génois est à nouveau déroulé afin de reprendre de la vitesse. Je file maintenant à bonne vitesse en longeant les calanques. Il fait nuit noir et le ciel est totalement bouché, mais les lumières de La Ciotat éclairent en contre jour le rocher du Bec de l'Aigle, c'est une vision magnifique. Plus j'avance vers mon point d'arrivée, plus le vent tombe et plus le ciel se dégage; et c'est avec un magnifique ciel étoilé que j'arrive à la Ciotat à 22h20 soit aprés 8 heures et 20 minutes de navigation. 

 

Le lendemain matin après une bonne nuit de sommeil dans un vrai lit, je retourne, au petit matin au vieux port pour mettre les voiles en direction de Bandol. Canquin, lui, a dormi juste à côté du trimaran MACIF de François GABART. Le vent est nul et c'est au moteur que je quitte le port pour me diriger vers Saint-Cyr-Sur-Mer. Et oui un petit mouillage en face du boulot en attendant que le vent thermique arrive... En début d'après-midi le thermique est bien installé et je pars sous voile en longeant la côte entre la Madrague de Saint Cyr sur Mer et Bandol. Arrivé au port l'accueil est super, et la nouvelle place de Canquin est très bien située. Nous vous retrouverons bientôt pour un nouvel article.

 A suivre...

 

 

 

Please reload