Le mot de la présidente de l'APIPD

June 26, 2017

 

 

 

Jenny Hippocrate Fixy

Présidente de L'APIPD : Association Pour l'Information et la Prévention de la Drépanocytose

 

 

"Cela fait bientôt 16 ans que j’ai succédé, non sans fierté, au dernier président de l’APIPD et je pense, jusqu’à ce jour, servir notre association avec passion, dévouement, détermination et pugnacité. A l’heure où nous allons fêter les 29 ans de notre association, je ne veux pas faire de belles promesses aux malades ; je veux juste leur dire notre volonté d’œuvrer sans relâche en étant tout près d’eux. A ce titre, tout un chacun peut y adjoindre le symbole auquel il est attaché.

 

Cette année doit se faire dans l’espoir et surtout se construire, jour après jour, en y mettant l’énergie et la passion, nécessaires à l’intérêt de chacun : des malades, des familles, des chercheurs, etc. L’Association Pour l’Information et la Prévention de la Drépanocytose (APIPD)  a le souci de sensibiliser la population,  mais surtout les jeunes en âge de procréer. Cette pathologie génétique, très répandue, est mal connue de la plupart de nos concitoyens. Elle est également la plus dépistée. Par ailleurs, les chiffres sont très alarmants. 

 

La drépanocytose est galopante et, en dehors des populations dites à risque, de par le métissage, elle commence à affecter tout le monde. Ce qui fait que nous sommes donc tous concernés. Même si elle est toujours considérée comme une maladie rare, la drépanocytose touche, aujourd’hui, en France, près de vingt mille 26000) personnes malades et cent cinquante milles (150 000) porteurs sains, c’est-à-dire des transmetteurs ! Dans le monde, plus de 50 millions de personnes sont concernées. La pathologie, en ce sens, constitue un véritable problème de santé publique. Elle a été classée en quatrième priorité de santé publique et une journée mondiale lui a été consacrée !!! Pourtant on en parle peu et la maladie continue de faire des ravages.   

 

Grace à nos campagnes de sensibilisation massive nous souhaitons donc réveiller quelque peu les consciences et aider à la compréhension de ladite drépanocytose, un pari judicieux, mais réalisable. L’information et la prévention sont les moyens essentiels pour vaincre la drépanocytose.

C

ette maladie entraîne, entre autres, une morbidité excessive et des crises extrêmement douloureuses qui plongent le malade dans un abyme de souffrance physique et moral, sans parler des absentéismes que cela engendre pour les écoliers et les salariés.

Il vaut mieux prévenir que guérir disait Pasteur, et c’est ce que nous nous appliquons de faire systématiquement."

                                                           

                                                                                                                                                                                                        Jenny Hippocrate Fixy

Please reload