Résumé numéro 1

October 15, 2017

 

Mardi 

A 13h Valéry est parti de la Ciotat en direction de l’île de Minorque, une des îles des Baléares. Un départ très attendu étant donné que les travaux de préparation de Canquin avaient pris plus de 2 semaines de retard. 

Valéry a fait le choix de partir sur une fenêtre météo un peu soutenue,un coup de Mistral étant annoncé dans la soirée. La première nuit fut sportive avec des pointes de vent jusqu'à 35 nœuds et des vagues atteignant 3 mètres. Il était important de partir ce jour là car il était annoncé pour la fin de la semaine un coup de mistral beaucoup plus fort et beaucoup plus long. 

 

Mercredi 

Ce n’est que le mercredi vers 14h30 que les éléments deviennent enfin plus cléments laissant à Valéry la possibilité de se reposer un peu. Une navigation plus paisible s’annonce pour rejoindre l’île de Minorque. 

 

Jeudi à samedi 

Valéry arrive au petit matin sur Minorque, plus précisément au mouillage de la Cala Binibéquer. Au programme des trois prochains jours:repos, petits bricolages afin d’optimiser le confort à bord de Canquin et surtout laisser tomber la grosse dépression venue du nord. 

 

Dimanche 

Valéry quitte le mouillage de la Cala Binibéquer sur l’île de Minorque direction l’île de Majorque pour une courte escale afin cette fois-ci d’attendre que le vent se lève un peu, car depuis ce dimanche les Baléares se trouvent placées au beau milieu d’un anticyclone, privant toute cette zone de vent. C’est donc au moteur et sur une mer totalement plate que Valéry couvrira les 60 milles nautiques le séparant de l’île de Majorque. 

 

Lundi 

Direction Gibraltar, ou presque… les fichiers météo annonçaient un vent modéré de travers, mais à partir de 18 heures plus rien… panne totale de vent au niveau de l’île de Cabrera. Le spectacle est tout aussi majestueux avec un coucher de soleil digne d’un film hollywoodien… la nuit qui va suivre sera une 

des plus difficiles depuis le début du parcours, car pire que du vent fort… il y a la pétole. Une nuit au moteur sous la lune à se demander si le vent se lèvera demain. En effet les réserves de gasoil ne sont pas illimitées sur Canquin, mais surtout avancer avec un vieux moteur de plus de 40 ans est une punition:vibrations, mauvaises odeurs et surtout un bruit assourdissant ! Que faire ? continuer au risque de se retrouver sans vent et sans gasoil ou se détourner vers Ibiza et Formentera pour prendre de solides réserves pour continuer le chemin vers Gibraltar et parer toute panne de vent. La décision est prise… et c’est dans la journée que Valéry arrive au port de Fromentera. 

Autre incident : La glacière à compresseur, sorte de petit frigo portable, présentait depuis deux jours des signes inquiétants et chauffait… et c’est vers 9h ce lundi que la petite glacière est partie en auto-combustion. Valéry a réussi à réagir vite pour éteindre le début d’incendie et les dégâts se limitent à la perte de la glacière. C’est donc sans froid que Valéry poursuivra sa route, en tout cas jusqu’à Gibraltar. 

 

Bonne semaine. 

L’équipe Atlantic Spirit «Luttons contre la drépanocytose»

 

 

 

Please reload